Accompagnement en classe

 

 

Outils pédagogiques pour les enseignants et fiches pour les élèves

Chaque film de la sélection Lycéens et apprentis au cinéma fait l’objet de documents pédagogiques. Ils sont élaborés par les Cahiers du Cinéma avec le soutien du CNC pour les films de la liste nationale et par l’Université Lumière Lyon 2, l’AcrirA et Sauve qui peut le court métrage avec le soutien du Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes pour les films de la liste régionale.

Les dossiers comportent un générique et un synopsis du film, un avant-propos signé de l’auteur puis différentes rubriques sur le cinéaste et l’équipe du film, son histoire et ses personnages. Viennent ensuite une analyse du récit et une étude de la mise en scène, suivies de quelques pistes de réflexion, de références bibliographiques, filmographiques et d’une liste de sites à consulter.

Les fiches proposent également un générique et un synopsis, la définition de quelques notions techniques, des points d’analyse, une brève présentation du cinéaste, une rubrique “en piste” visant à éveiller l’attention des lycéens sur quelques éléments importants du film avant la projection, et enfin des références à des livres, des films et des sites .

Tous ces documents, richement illustrés et documentés, permettent aux enseignants et aux élèves de préparer ou de prolonger la découverte du film en salle par une double approche culturelle et stylistique de l’œuvre. Ils sont fournis sur support numérique.

Enfin, des ressources sont proposées en complément sur le site du dispositif. Interviews filmées, revue de presse, vidéos d’analyse… Ce corpus vient enrichir la préparation des projection et l’étude des films.

Animations et accompagnements pédagogiques

En complément, les deux coordinations régionales, l’AcrirA et Sauve qui peut le court métrage, propose une large palette d’actions pédagogiques.

Des classes d’analyse filmique permettent d’enrichir la découverte des films. Elles ont lieu dans les établissements scolaires quelques jours après la projection en salle. Elles sont généralement effectuées par des professeurs de cinéma de l’Université Lumière Lyon 2, et de l’Université Clermont-Auvergne, des enseignants responsables de sections cinéma et audiovisuel, des formateurs de l’Éducation Nationale, des critiques, historiens du cinéma voire parfois par des directeurs de salles de cinéma ou de festivals.

Leur objectif est d’amener les lycéens à une réflexion sur les éléments constitutifs des œuvres présentées. L’approche externe du film enrichit le visionnement d’éléments culturels (présentation de l’auteur, de son œuvre, genèse du film, contexte de sa création, etc.) L’approche interne s’applique à révéler les procédés stylistiques mis en œuvre par le réalisateur. Le contenu des interventions varie, bien entendu, en fonction du niveau des élèves, de leur réception du film, du travail préalablement effectué avec leurs enseignants.

Ces interventions sont entièrement prises en charge par les coordinations de Lycéens et apprentis au cinéma.

Des ateliers pédagogiques sont également proposés. Dissociés du visionnement des films au programme, ils viennent approfondir la découverte du cinéma, nourrir la réflexion critique et le travail que peut développer l’enseignant avec sa classe.

Des rencontres avec des professionnels du cinéma sont également proposées, de façon plus épisodique et en fonction des films programmés. Ces professionnels sont généralement des techniciens ayant travaillés sur l’un des films au programme du dispositif. Leur intervention est donc soumise avant tout à leurs disponibilités professionnelles. Les coordinations vous indiqueront les films sur lesquels ce type d’accompagnement est proposé.

 


> Actions d’accompagnement en classe proposées par l’AcrirA :

De nombreuses interventions sont proposées aux élèves dans les établissements. Au cours de l’année scolaire, chaque classe partenaire peut prétendre à une intervention prise en charge par la coordination. Seuls les ateliers proposés par l’Institut Lumière restent à la charge des établissements.

Inscriptions et réservations auprès de la coordination : lyceens@acrira.org – 04 72 61 17 65

Modalités d’organisation : Merci de nous proposer une date retenue et une date de “repli”, ainsi que les horaires et la constitution des groupes (effectifs et niveau des classes). Les premières interventions démarrent au plus tôt à 9h, certains des intervenants venant de loin.

Télécharger le document des actions proposées par l’AcrirA

COVID 19 – Mesures sanitaires : Toutes les actions proposées par l’AcrirA sont maintenues. Les intervenants porteront un masque durant toute la durée de l’intervention. Merci d’appliquer le protocole sanitaire des établissements scolaires lors des interventions en classe.


Classes d’analyse filmique

Les classes d’analyse sont organisées dans les lycées, dans les jours ou la semaine suivant la projection d’un film en salle. Elles ont pour objectif de compléter le visionnage des œuvres programmées d’une approche culturelle et stylistique. Elles sont effectuées par des universitaires, des responsables de section cinéma et audio-visuel, des formateurs de l’Éducation Nationale, des historiens du cinéma, des professionnels ou critiques de cinéma.

  • Effectif maximum : 60 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Déroulement : sessions de 1h30 ou 2h à définir au moment de l’inscription

« Question de cinéma – la séquence d’ouverture »

Ouverture La Leçon de piano de Jane Campion

Les « Questions de cinéma » sont des interventions organisées dans les établissements scolaires pour permettre aux élèves d’étudier une thématique cinématographique au travers de différents extraits de films. Elles sont effectuées par des universitaires, des responsables de section cinéma et audio-visuel, des formateurs de l’Éducation Nationale, des historiens du cinéma, des professionnels ou critiques de cinéma. Elles ont pour objectif d’ouvrir le regard des élèves sur une thématique précise et de les assurer dans une position de spectateur actif et curieux.

« Question de cinéma : la séquence d’ouverture » : cette intervention explore et analyse les fonctions de la séquence d’ouverture dans l’histoire du cinéma. Chaque intervenant apporte son regard et sa spécialité sur cette thématique. Dans le contexte actuel de fermeture des salles, cette proposition permet de découvrir et d’analyser en classe la séquence d’ouverture du film donc la séance a été repoussée ou annulée.

  • Effectif maximum : 60 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Déroulement : sessions de 1h, 1h30 ou 2h à définir au moment de l’inscription

Atelier « TRÈS COURT MÉTRAGE »

Atelier produit et proposé par Archipel 

Nouveauté 2021/2022 :  Cet atelier consiste en la réalisation d’un très court-métrage en trois ou quatre plans maximum par les élèves, accompagnés par un intervenant artistique. Nous aborderons, dans un premier temps, de manière théorique, un élément du langage cinématographique : le hors-champ. Les élèves réaliseront ensuite quelques plans afin de s’approprier l’utilisation du hors-champ. L’intervenant les initiera au matériel audiovisuel, leur transmettra des consignes de réalisation et  échangera avec eux sur la manière de concrétiser ces consignes. Une façon de s’approprier le langage cinématographique par une expérience directe !

Objectifs pédagogiques : s’initier au langage cinématographique, enrichir sa culture cinématographique, pratiquer le cinéma, expérimenter un processus créatif et œuvrer collectivement

Le montage sera effectué par l’intervenant en aval. Une fois terminé, le film monté sera envoyé aux enseignants pour une diffusion en classe qui pourra être suivi d’un échange.

  • Effectif maximum : 15 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée : 2h

Atelier « REPRODUCTION D’UNE SCÈNE DE FILM »

Atelier produit et proposé par Archipel 

Nouveauté 2021/2022 : A partir de photogrammes extraits de L’Accordeur d’Olivier Treiner, l’un des courts métrages du programme « Courts noirs », les élèves recréent la scène finale. Accompagnés par un intervenant artistique photographe professionnel, ils analysent la mise en scène (position des acteurs, expressions), les éléments de décors et accessoires, la lumière et le cadrage (échelle de plan, angle de vue…). Ils positionnent ensuite les éléments de décors, miment les acteurs ou personnages, se saisissent des accessoires et enfin travaillent l’éclairage et le cadre afin de reproduire les photogrammes. Ils prennent alors des instantanés de la reconstitution selon différents points de vue qu’ils peuvent comparer aux photogrammes originaux tirés du film. Un suédé photographique en quelque sorte !

L’atelier “reproduction d’une scène” est un moyen pour les élèves de s’interroger sur la présence de la photographie dans le cinéma, et la manière de retranscrire concrètement, techniquement, en image, le fruit de l’imagination des scénaristes.

Objectifs pédagogiques : prolonger l’expérience de la salle par la pratique, s’approprier le langage audiovisuel par une démarche active, s’initier aux outils audiovisuels, découvrir les postes d’une équipe de tournage et comprendre le rôle de chacun

  • Effectif maximum : 15 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée : 2h

Ateliers d’initiation au montage avec la Table Mash’Up

Ateliers proposés par l’AcrirA, les Maisons de l’Image d’Aubenas et Grenoble, les Ateliers de la Rétine et Archipel.

 

Cette « table de montage », au sens premier du terme, permet de mixer en direct des extrait vidéos, des musiques et des bruitages, le tout par le biais de simples cartes !

Mot anglais, “Mashup” pourrait se traduire littéralement par “faire de la purée”. Il s’agit d’un montage d’images et de sons tirés de diverses sources, et qui sont copiés, collés, découpés, transformés, mixés, assemblés, pour créer une nouvelle œuvre.

Le Mashup connait un succès grandissant notamment en raison du développement des outils informatiques et de l’accès à des contenus préexistants. Il explore les

nouvelles pratiques de création audiovisuelle et a vu l’émergence d’une multiplicité d’œuvres inventives.

Cette technique est un excellent moyen d’initiation permettant aux jeunes de se réapproprier des images de façon nouvelle et d’appréhender la création et le montage de manière décomplexée.

  • Effectif maximum : 15 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Déroulement : sessions de 1h30 ou 2h à définir au moment de l’inscription
  • Intervenant : Maisons de l’image d’Aubenas, de Grenoble, les Ateliers de la Rétine ou Archipel

Nouveauté 2021/2022 : En partenariat avec Archipel, la coordination vous propose un atelier MashUp sur le suspense au cinéma. En plus de l’initiation au montage, les élèves créeront leur propre séquence de suspense à partir d’un corpus de plans et de sons, majoritairement d’extraits de films réalisés par Alfred Hitchcock et certains de ses admirateurs, mis à leur disposition.

Durée conseillée : 3 heures

 

 

Nouveauté 2021/2022 : La coordination vous propose un nouvel atelier MashUp en lien avec My Sweet Pepper Land, film issu de la sélection 2021/2022. En plus de l’initiation au montage, les élèves seront amenés a recomposer une séquence du film puis a créer leur propre duel de western.

Durée conseillé : 2 heures

Atelier a programmer après la séance.

 


Atelier : Sensibilisation à la place de la musique au cinéma

Atelier produit et proposé par L’Équipée à Bourg-Lès-Valence.

L’objectif est d’apprendre à écouter et découvrir les fonctions, et leurs évolutions, de la musique au cinéma en appréhendant les quatre procédés sonores fondamentaux :

– la musique illustrative (aussi appelée « Mickeymousing », elle accompagne et appuie les mouvements visibles à l’image),

– la musique thématique (de James Bond à La Guerre des étoiles, les plus grandes sagas ont leurs musiques thématiques, facilement identifiables par petits et grands),

– la musique symbolique (la musique des sentiments, peur, joie, l’émotion est à son comble),

– la musique narrative (le cinéma raconte souvent des histoires et la musique y prend part en devenant un instrument de narration)

  • Effectif maximum : 35 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Déroulement : sessions de 2h ou 3h. Deux sessions au maximum dans la même journée.
  • Intervenant : Nathanaël Bergèse, directeur artistique, compositeur et Julie Piffaut-Leheutre, compositrice, flutiste et violoncelliste.

Atelier : Fake news, théories du complot et post-vérité – à l’heure de la virtualité numérique (cinéma, télévision, internet)

Atelier produit et proposé par LUX Scène nationale.

La période troublée que nous sommes en train de traverser (pandémie, écologie, politique, fracture sociale…) prend place dans un temps où la question de notre rapport aux images et à l’information est plus que jamais perturbée. Nous ne savons plus hiérarchiser notre rapport aux images. L’information est constamment mise en doute : théories du complot, fake news, accointances
médiatico-économique, post-vérité…
Le cinéma dominant n’a jamais été aussi spectaculaire qu’aujourd’hui, jouant essentiellement de sa dimension narrative et divertissante. Notre rapport à l’image est devenue très complexe et insaisissable : on ne croit plus une image et on n’en voit plus la dimension poétique ou la possibilité qu’elle nous donne à penser le monde dans lequel on vit.
La multiplication des écrans (cinéma, télévision, téléphone, ordinateur, tablette, jeux videos, casque de VR…) a opéré une confusion sur le statut de chacun d’entre eux. Tout co-existe dans une insaisissable galerie des possibles. Et la période de confinement que nous venons de
connaitre a été un ‘enfermement’ aussi du côté du virtuel. Abandonnant la cinéma de la salle – expérience humaine et collective -, les spectateurs se sont recentrés sur leurs écrans individuels (télévision mais surtout plateformes, VOD, internet…), renforçant les nouvelles pratiques individuelles de l’image, en transformant l’expérience culturelle et collective en consommation.

A partir d’un corpus contenant des extraits de films, de séries, d’émissions de télévision et de sources audiovisuelles glanées sur internet (presse et réseaux sociaux), l’atelier a pour objectif d’élaborer une petite boîte à outils d’analyse audiovisuelle. Il s’agit d’accompagner les bénéficiaires dans la prise de distance par rapport à la virtualité et à la viralité d’internet, de redonner un esprit critique et une pensée construite face aux images et sons contemporains.

  • Effectif maximum : 35 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée : 4h comprenant un temps d’atelier participatif
  • Intervenant : Stéphane Collin, cinéaste et enseignant de cinéma

Ateliers proposés par l’Institut Lumière

Quatre ateliers produits et proposés par L’Institut Lumière à Lyon

1/ – L’École du spectateur –

À l’heure où les jeunes sont abreuvés d’images de toutes sortes, il paraît nécessaire de les faire accéder facilement et par des exemples concrets aux principaux outils de l’écriture du cinéma. L’intervenant se déplace donc dans les établissements scolaires pour présenter aux élèves les principes de base de l’écriture cinématographique. L’objectif est de structurer l’attention visuelle et auditive des élèves et de donner à chacun d’entre eux une capacité de description applicable à tout document audiovisuel.

L’enseignant reçoit deux fiches qui récapitulent le vocabulaire appris pendant la séance.

  • Effectif maximum : 90 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée et déroulement : 2 heures + atelier supplémentaire de 2 heures en option. Maximum 2 ateliers dans une journée, un par matinée et un par après-midi, à partir de 10h.
  • Coût : 75€ par atelier de 2 heures à la charge des établissements scolaires
  • Intervenant : intervenant du service pédagogique de l’Institut Lumière

2/ – La publicité : les techniques de manipulation –

Il s’agit de développer chez les élèves des réflexes leur permettant d’échapper à la manipulation publicitaire. On étudie des techniques structurelles et on les applique à une multitude de messages. Les élèves travaillent de manière intensive sur des exemples concrets destinés à leur faire prendre conscience de la force de la publicité.

L’enseignant reçoit une fiche récapitulative de la séance.

  • Effectif maximum : 90 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée et déroulement : 2 heures + atelier supplémentaire de 2 heures en option. Maximum 2 ateliers dans une journée, un par matinée et un par après-midi, à partir de 10h.
  • Coût : 75€ par atelier de 2 heures à la charge des établissements scolaires
  • Intervenant : intervenant du service pédagogique de l’Institut Lumière

3/ – Les dangers d’internet –

Pendant le confinement, l’usage des écrans s’est multiplié chez les jeunes. L’Institut Lumière vous propose de restructurer leur attention. Internet est devenu aujourd’hui un outil d’usage intensif chez les jeunes par l’intermédiaire de l’ordinateur et surtout des smartphones. Le but est de définir internet avec ses principaux acteurs et leurs modes de fonctionnement. Comment notre cerveau réagit ? Les principaux pièges posés par les algorithmes, les fakes news et ce qui en découle seront expliqués et analysés avec les élèves.
Sur la base d’exercices vidéo et écrits les élèves obtiendront des outils leur permettant de s’informer
correctement pour surfer avec plus de sécurité. En bonus une astuce sera dévoilée pour éviter que les
portables se transforment en insupportable.

L’enseignant reçoit une fiche récapitulative à la fin de la séance.

  • Effectif maximum : 90 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée et déroulement : 2 heures. Maximum 2 ateliers dans une journée, un par matinée et un par après-midi, à partir de 10h.
  • Coût : 75€ par atelier de 2 heures à la charge des établissements scolaires
  • Intervenant : intervenant du service pédagogique de l’Institut Lumière

4/ – La Propagande du cinéma à internet –

Le Triomphe de la volonté de Leni Riefenstahl (1935)

Nouveauté 2021/2022 : L’atelier propose une série d’échanges avec les jeunes autour de la grammaire du cinéma, allant des années 1930 avec la propagande nazie jusqu’à nos jours avec Internet. Les jeunes sont conviés à une série d’exercices et d’exemples par l’image pour leur donner les codes de décryptage de la propagande. Le but étant le suivant : toutes les images, lorsqu’elles sont décodées, deviennent inoffensives.

 

Captain America: First Avenger de Joe Johnston (2011)

À partir de séquences de Thomas Edison, Leni Riefenstahl, Lev Koulechov ou plus récemment avec Clint Eastwood ou les films de super héros, les élèves se confronteront aussi aux pièges de la manipulation par le biais de documents de manifestations puisés dans YouTube. Avec des projections de vidéos plus actuelles et issues du quotidien d’un adolescent, cette dernière partie de l’animation propose de se confronter à une manipulation moins évidente mais tout aussi dangereuse…

 

  • Effectif maximum : 90 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Durée et déroulement : 2 heures. Maximum 3 ateliers dans une journée, à partir de 10h.
  • Coût : 75€ par atelier de 2 heures à la charge des établissements scolaires
  • Intervenante : intervenante du service pédagogique de l’Institut Lumière

Rencontres avec des professionnels

Les rencontres avec des professionnels du cinéma sont également proposées, de façon plus épisodique et en fonction des films programmés. Ces professionnels sont généralement des techniciens ayant travaillés sur l’un des films au programme du dispositif.

L’objectif est de proposer aux élèves des rencontres avec des professionnels (scénaristes, réalisateurs, acteurs, techniciens etc…). Ces rencontres sont soumises aux aléas de l’emploi du temps des professionnels. La coordination vous indiquera les films sur lesquels cet accompagnement est proposé.

  • Effectif maximum : 60 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Déroulement : sessions de 2h ou plus, à définir au moment de l’inscription, dans la salle de cinéma à l’issue de la projection d’un film ou dans l’établissement scolaire.

COURTS EN CLASSE

Découverte d’un court métrage en classe accompagnée d’un intervenant professionnel de la région. Différents « talents » et professionnels du cinéma locaux pourront accompagner les courts : réalisateurs, scénaristes, ingénieur son, animateur, mais aussi des exploitants, programmateurs, distributeurs ou responsables de festivals. L’objectif est double : accompagner et mettre en avant le vivier d’auteurs et professionnels régionaux d’une part, et faire découvrir les différents métiers du cinéma d’autre part. Cette action répond à une nécessité de recréer du lien social entre les élèves, les œuvres et leurs créateurs.

  • Effectif maximum : 60 élèves – Public : toutes classes et tous niveaux
  • Déroulement : sessions de 1h30 ou 2h, à définir au moment de l’inscription.

Expositions thématiques itinérantes

Conçues par l’AcrirA, elles permettent d’aborder de nombreuses thématiques telles que :

  • Les femmes au cinéma
  • Le cinéma documentaire
  • Les métiers du cinéma
  • Cinéma et bande dessinée
  • Ken Loach
  • Nouveauté 2021/2022 : Le Road Movie

Catalogue des expositions

Elles sont composées de plusieurs panneaux mesurant 80×200 cm sous formes de bâches fixées sur une structure légère. Ainsi, elles peuvent être exposées dans les CDI, salles de classe, foyers … pour en faire profiter les élèves.

(Structure légère en fibre de carbone et facile au montage, visuel sur bâche de 80 x 200 cm avec oeillets, mise en place rapide par tension du visuel, usage intérieur uniquement)

Réservation : en envoyant le formulaire de réservation à télécharger complété par mail à administration@acrira.org.

Les réservations et le transport sont entièrement pris en charge. Merci de prendre soin du matériel mis à disposition.

Durée maximale de réservation d’une exposition : 3 semaines consécutives. Chaque établissement peut réserver au maximum 3 expositions différente par année scolaire.

 

 


> Actions proposées par Sauve qui peut le court métrage :


Interventions en classe “2 heures”

– Analyse filmique
– Le hors-champ dans les films
– Le son dans les films
– Eléments de langage cinématographique à travers les films au programme
– Les combinaisons audiovisuelles dans les films au programme, codes et enjeux
– La narration filmique dans les films au programme, de l’histoire au récit filmique
– Les lanternes magiques
– Atelier critique vidéo

 

Pour toute information contacter :
Jérôme Ters : j.ters@clermont-filmfest.org – 04 73 14 73 13


Atelier : Studios Pop-Hop – Le film noir

Atelier produit et proposé par le Far (Filmer l’Air de Rien)

Dans le cadre de sa mission de développement d’outils pédagogiques d’éducation à l’image, l’association Filmer l’Air de Rien lance en 2019 les  “Studios Pop-Hop / Bye Bye Blackbird”, un outil permettant aux participants, à partir d’un scénario déjà partiellement écrit et de décors et de personnages en pop-up, de réaliser rapidement et collectivement un court film d’animation en stop-motion. Cet atelier permet également aux lycéens d’aborder des notions plus complexes de vocabulaire cinématographique et de travailler sur les questions du genre (le film noir) et du son au cinéma via des ateliers de pratique au sein de leur établissement ou lors de festivals.

  • Public : Lycéens
  • Effectif maximum : 20 élèves
  • Déroulement : module de 3 heures
  • Coût : pris en charge par la coordination Lycéens et apprentis au cinéma.
  • Inscriptions : auprès de Jerome Ters : j.ters@clermont-filmfest.org – 04 73 14 73 13

 

Photos de l’Atelier studio Pop Hop avec le lycée Ambroise Brugière :

 


Atelier : Les lanternes magiques

Dans notre monde hyper connecté, où chacun réalise des photos, des films avec son smartphone, plus personne ne se demande comment ces enregistrements du “réel” fonctionnent. Or, rendre les images “vivantes” a été un long processus.

En partant de l’évolution de la lanterne magique (1659) au Cinématographe (1895), il s’agit de faire un tour des techniques* qui, petit à petit, ont désacralisé la fabrication de ces images mouvantes :

  • le fonctionnement de la lanterne magique et des boîtes d’optique, les silhouettes, le théâtre d’ombre de Séraphin, les fantasmagories de Robertson, les transparents de Carmontelle, les panoramas, dioramas, le daguérréotypele, le phénakitiscope de Joseph Plateau, le praxinoscope d’Emile Raynaud, la décomposition du mouvement avec les EJM : Edward James Muybridge et Etienne Jules Marey, Edison et les Frères Lumière…

 

  • Public : toutes classes et tous niveaux
  • Effectif maximum : 40 élèves
  • Déroulement : module de 2 heures
  • Intervenant : Roger Gonin
  • Coût : pris en charge par la coordination Lycéens et apprentis au cinéma.
  • Inscriptions : auprès de Jerome Ters : j.ters@clermont-filmfest.org – 04 73 14 73 13

 

Photo de l’Atelier Les lanternes magiques :

 


Atelier : Les bobines d’Arlequin (la projection argentique)

Depuis le Cinématographe et jusqu’à l’avènement du numérique, la pellicule a été au centre de la projection, aussi bien dans l’univers professionnel que dans la sphère privée.

De la boîte à l’écran, vous découvrirez -en manipulant les différents “trésors” du projectionniste- les rouages de la pellicule et ses évolutions, ainsi que l’incomparable éclat de l’image argentique.

 

  • Public : toutes classes et tous niveaux
  • Effectif maximum : 30 élèves
  • Déroulement : module de 2 heures
  • Intervenant : Guichard Wiss
  • Coût : pris en charge par la coordination Lycéens et apprentis au cinéma.
  • Inscriptions : auprès de Jerome Ters : j.ters@clermont-filmfest.org – 04 73 14 73 13

 

Photo de l’Atelier Les bobines d’Arlequin (la projection argentique) :


Atelier : Anatomie des images

Projection de courts métrages issus de la compétition Labo 2020 du festival du court métrage de Clermont-Ferrand, suivi de débats et analyses avant un travail de workshop sur chaque film qui donne lieu à une production plastique sur chaque titre.

Le concept d’Anatomie : comprendre un film et jouer avec celui-ci graphiquement pour que s’instaure un dialogue entre la note d’intention du réalisateur et le retour quelque part « critique » de l’élève anatomiste.

Ce workshop a donné́ lieu à une exposition durant le festival et à des échanges entre les élèves et les réalisateurs du labo.

  • Public : Lycéens
  • Effectif maximum : 30 élèves
  • Déroulement : module de 2x 3h
  • Intervenant : Ludovic Chavarot
  • Coût : pris en charge par la coordination Lycéens et apprentis au cinéma.
  • Inscriptions : auprès de Jerome Ters : j.ters@clermont-filmfest.org – 04 73 14 73 13

 

Photo de l’Atelier Anatomie des Images avec le lycée Saint Géraud :

 


Séances spéciales et actions complémentaires

Séance scolaire du Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand :

Le programme se compose de films choisis dans les différentes compétitions du Festival (national, international et labo) pour être exploités par les enseignants à l’aide de documents liés aux films (scénarios, story boards, etc.) proposés en ligne.

Les séances se déroulent du 01 au 05 février 2021 à 9h30 à la Maison de la Culture de Clermont-Ferrand.

Prix unique : 2,50€/élève (sur réservation).

La séance scolaire donnera lieu au 23ème Concours de la jeune critique cinématographique.

Plus d’informations sur le site du Festival.


23ème Concours de la jeune critique cinématographique :

Le Concours de la jeune critique cinématographique, en partenariat avec le Rectorat de l’Académie de Clermont-Ferrand, la fondation Varenne et le magazine Bref, propose aux élèves de la 4ème à la Terminale de donner leur avis sur un court métrage de leur choix, en privilégiant un point de vue personnel argumenté. Les meilleures critiques des lauréats sont publiées dans le magazine Bref.


L’Atelier – École éphémère de cinéma du Festival international du court métrage :

L’Atelier vous projette au cœur du secret de la fabrique des films et vous invite à découvrir les métiers du cinéma. L’École éphémère du cinéma accueille les groupes scolaires pendant le festival du court métrage, du 01 au 05 février 2021, sur réservation et gratuitement.

Plus d’informations sur le site de l’Atelier.

Toutes les réservations sont à effectuer auprès de Jérôme Ters : j.ters@clermont-filmfest.org – 04 73 14 73 13


Outils en ligne

Transmettre le cinéma

Une production réalisée par le LUX Scène nationale qui accompagne les dispositifs de sensibilisation au cinéma.


Le fil des images

La publication des pôles régionaux d’éducation et de formation aux images.


Transmission Impossible

Le site du pôle d’éducation à l’image Auvergne pour s’informer, apprendre, faire et expérimenter.


Focales

Le site de l’actualité de l’éducation à l’image en Auvergne.


Sur écoute

Le serious game pour comprendre le son au cinéma.


L’université Populaire des Images (UPOPI)

À la fois webmagazine et plateforme pédagogique interactive et ludique pour une sensibilisation aux images pour tous.